Cadeau de Noël

J’ai du nouveau matériel ! Un tablette de l’espace beaucoup trop chouette, et beaucoup trop pas dans mes moyens !

C’est mon cadeau de Noël, alors si vous aviez dans vos projets de m’offrir un petit quelque chose, ou si vous pensiez soutenir une jeune artiste… je vous en serais éternellement reconnaissante 😀

Sur les photos, c’est mon frère qui l’essaie à mon bureau. J’ai commencé à l’utiliser et c’est trop trop génial, en terme de confort de dessin et de rendu !!

Le seul bémol pour le moment c’est l’odeur (j’aime pas l’odeur du matériel informatique neufs, c’est comme un peu acide et métallique). Mais ça passera 🙂

Assemblée nationale furtive

Après l’annonce de la loi sur le glyphosate, j’ai été assommée.

 

 

I/ Je veux agir !

Révoltée, j’ai commencé à me renseigner sur la grève de la faim. Ça m’a paru la meilleure des révoltes possibles, de faire une grève de la faim pour la nature (qui ne peut pas le faire, elle). J’aime bien foncer, alors j’ai appelé ma meilleure amie pour lui dire qu’on prenait le train pour Paris, et qu’on allait s’asseoir devant le parlement pour faire une grève de la faim.

 

Elle n’a pas répondu. Alors j’ai commencé à me documenter sur la grève de la faim. C’est quand même dangereux une grève de la faim pour l’organisme, et ma motivation a un peu baissé : certain.es en sont morts, certain.es ont mis énormément de temps à s’en remettre. Et puis j’ai commencé à douter, à considérer si réellement, ce genre d’action allait avoir un impact ou si on allait me laisser crever le cul par terre sur le trottoir du parlement. Bref, je me suis dégonflée.

Mon amie m’a envoyé un texto : « j’ai du boulot, je peux pas te répondre tout de suite, on peut s’appeler ce soir ». J’ai pas vu le texto. Entre temps, je m’étais dit que j’allais écrire une BD : à défaut d’agir, j’allais informer. Du coup, j’étais plongée dans la vérification des informations que j’avais lues à propos des décisions de l’assemblée nationale sur le glyphosate.

Plus je cherchais des infos pour ma petite BD, plus je réalisais l’ampleur du problème :

  • Le fait que la loi soit votée avec moins de la moitié des députés présents (si le taux d’absentéisme est si fort, l’assemblée ne représente pas les citoyens),
  • le fait que ces décisions se prennent TOUTES de NUIT (les horaires et le rythme imposés à l’assemblée est inhumain et ces conditions ne permettent pas aux députés de prendre des décisions réfléchies)
  • la complexité d’accéder aux informations relatives aux décisions de l’assemblée.

Ma petite BD n’avait plus de sens, le problème était bien plus vaste que le glyphosate. J’ai décidé de chercher les faits exacts (nombre de députés présents, heure du vote, décision prise, nom des députés, transparence de leurs activités), je suis allée fouiller les sites de l’assemblée, entre autres.

 

II/ Sources requises, please

Les infos que j’avais jusque-là, c’était des infos d’infographies sans source et d’images de dessinateurs engagés que je voyais défiler sur mes réseaux sociaux. Les infos un peu plus « complètes » que j’avais étaient issues de la presse : le monde, libé, ouest France… Certaines se contre disaient, toutes n’étaient pas complètes.

La plus honnête que j’ai pu lire, c’est un témoignage sur le blog de François Ruffin (député Insoumis). Je ne suis moi-même dans aucun parti, mais je suis François Ruffin sur les réseaux, j’apprécie sa transparence (et son documentaire Merci Patron !). (en bas de la page un lien vers son blog)

Mais j’ai dû passer à côté de quelque chose, d’un site d’information, d’une affiche ? Eclairez-moi, où sont les communiqués de l’assemblée pour informer les citoyens des décisions légales ?

J’ai eu l’impression que les sites de l’assemblée étaient faits pour me décourager. J’ai dû y passer une après-midi entière, pour finir perdue dans un labyrinthe d’informations superflues.

De la transparence il y en a. Les sites de l’assemblée le sont à l’extrème, transparents (je peux savoir le nombre de mots prononcés par untel ou untel, même lire toutes les phrases qu’il a dite…) : seulement, pas de résumé. Et même en y passant une demie journée, en lisant des textes et des textes, impossible demettre la main sur des lois passées, les amendements acceptés/refusés ?

Où sont les infos « sources » sous un format clair, compréhensible, rapidement lisible pour les citoyens ? Moi j’ai pas trouvé.
Bon mais du coup j’ai quitté les sites du gouvernement. Je suis allée sur les sites des médias. Heureusement qu’ils sont là, j’ai grâce à eux des informations complètes et claires, souvent impartiales. Beau boulot.

Seulement toutes les infos ne sont pas toujours identiques d’un média à l’autre. Et puis, c’est toujours pas les infos source. Une petite liste peut-être ? Un petit résumé simplifié par jour ? Pour offrir une chance aux citoyens de pouvoir suivre ?

Ou alors je suis passée à côté, c’est pas exclu. (dans ce cas, pitité, donnez moi le lien magique)

 

III/ Qui applique le code du travail ?

Je trouvais surprenant que les décisions de l’assemblée n’aient jamais beaucoup de votant.es pour les décisions importantes. Bon, on peut entendre les gens qui râlent en disant que nos député.es sont des bon.nes à rien fainéant.es et trop payé.es. Moi je crois que la majorité des député.es sont de bonne foi, quelle que soit leur opinion.

En lisant le témoignage de Ruffin, j’ai réalisé que la décision sur le glyphosate était passée de nuit. En feuj. Et en lisant les journaux, les articles des semaines et mois passés, j’ai réalisé que toutes les décisions importantes étaient prises de nuit.
Et que nos député.es, nos REPRESENTANT.ES devant la loi, bossaient… 7j/7, avec moins de 8h de pause entre 2 journées de travail (dans le code du travail, il faut des jours de repos, et au moins 11h de pause). Et finissent souvent leur journée vers 2 ou 3h du mat’.

Comment, comment est-ce possible que nos député.es soient présent.es tout le temps ? Comment est-ce possible qu’ils puissent se poser pour réfléchir à la bonne solution ? Comment peuvent-ils prendre les bonnes décisions ?

Sur des bases horaires aussi larges, les gens sont lessivés, et il est facile de perdre tout sens critique, et de se retrouver coaché par des lobbyistes, de ne pas être présent tout le temps.

Je crois qu’en France, on n’a pas bien compris le concept d’« efficacité au travail » : bosser tard et tous les jours est encore valorisé, alors qu’il pleut des études pour favoriser des petites semaines pour un travail court -mais combien de fois plus efficace-, d’ailleurs adopté dans d’autres pays : si tu restes tard au bureau en Finlande, c’est que t’es un naze qui sait pas t’organiser

Mais là, c’est quand même grandiose, ce qu’il se passe avec les horaires de l’assemblée. Et du coup nos lois. Et du coup nos vies.

 

IV/ Assemblée furtive

Bonne nuit petits citoyens, dormez bien ! C’est maintenant que les résistant.es des horaires 7j/7 vont voter vos lois ! A quelques conditions :

  • Si le.la député.e n’est pas mort.e de fatigue (s’il a vraiment respecté ses horaires et ses missions, en vrai, c’est chaud)
  • S’il.elle n’est pas mort.e d’ennui (écouter piailler des gugusses avec des voix solennelles à longueur de journée, pour n’importe quel humain, c’est pas hyper intéressant)
  • S’il.elle n’avait pas exceptionnellement envie de passer un peu de temps avec son.sa conjoint.e cette nuit
  • S’il.elle savait que l’assemblée terminait plus tard aujourd’hui (Ruffin dénonce le fait que le président de l’assemblée rallonge parfois le temps d’assemblée sans prévenir)

Ruffin va plus loin. Il dénonce De Rugy, le président de l’assemblée : « de rendre l’assemblée morte, de veiller sur elle comme un croque mort, d’en faire une chambre d’enregistrement des désirs du président. Et de préparer, avec l’Elysée, une réforme constitutionnelle qui ne fera qu’aggraver le mal : tout le pouvoir à l’executif ».

Tous les votes importants se passent la nuit. Pourquoi ? Mystère (pareil, éclairez-moi si vous savez !), ça rejoint l’idée que plus tu finis tard, moins t’es compétent (ou plus tu caches quelque chose ?).

Les faits nocturnes (je n’ai pas toujours trouvé les horaires exacts) :

  • Le 23 Avril, dans la nuit de dimanche à lundi, la loi asile immigration est adoptée (un dispositif législatif compliqué qui affaiblit les droits des plus vulnérables)
    D’ailleurs, le député En Marche Jean Michel Clément a voté contre, et s’est vu menacé pour sa décision par le parti parce qu’il votait contre les promesses du programme : le soir même il a quitté la République En Marche (REM).
  • Dans la nuit du mardi 15 Mai au mercredi 16 Mai : l’article 2 de la loi contre les violences sexuelles est adopté (réduisant le viol sur mineur de crime à délit)
  • La nuit du 27 au 28 Mai : un amendement est adopté pour tester la vidéosurveillance dans les abattoirs de manière non obligatoire (mesure bien légère face aux révélations de L214)
  • La nuit (2h02) de lundi 28 à mardi 29 Mai : rejet de l’amendement pour inscrire la sortie du glyphosate dans la loi (le glyphosate est un potentiel cancérigène) >>> moins de 100 député.es présent.es sur 577 !!! (Pour les autres je n’ai pas de chiffres)
    Et là, c’est marrant, les députés République En Marche qui ont voté pour se sont pas cassé de REM, alors qu’ils ont voté contre le programme du parti. Beuzarre beuzarre.
  • Soirée du samedi 26 Mai : rejet de l’amendement « chocolatine » (pain au chocolat ou chocolatine = si si, c’est vraiment aussi important que le reste…)

Marathon de mauvaises nouvelles, le tout toujours en pleine nuit ? Je ne comprend pas l’intérêt, sinon d’avoir moins de députés dans la salle.

Dans les autres secteurs d’activité, les nocturnes sont exceptionnelles !

 

V/ Montrer l’exemple, ça suffit ?

Finalement, quelques jours plus tard, on a trouvé un moment pour s’appeler, avec mon amie. Je lui ai dit que j’avais souhaité faire une grève de la faim avec elle, elle s’est bien marrée, et en discutant, on s’est dit que le mieux finalement, c’était de créer une assemblée citoyenne ou voir si ça n’existait pas déjà, pour revoter ces lois, devenir nos propres députés. Moi j’en avais encore plus gros, après avoir passé du temps à chercher des infos.

Je suis les bras ballants, à observer mes concitoyen.nes se mini-insurger (partager une info sur facebook, râler, dire qu’ils feraient mieux d’investir nos impôts ailleurs…) ou carrément même pas réagir et vivre leur vie de consommateur, et je finis par faire partie de ces concitoyen.nes : râler, ne pas prendre de risque personnel, me fondre dans la masse.

Je n’ai pas publié ma BD, et j’ai hésité à écrire ce mot : quel intérêt y a-t-il à critiquer, à râler encore ? Informer, c’est une chose. Agir, c’est la seule qui apporte une solution.

Je crois que j’écris, pas tant pour critiquer, informer ou dénoncer, que pour sortir cette colère et cette frustration d’avoir l’impression de ne rien pouvoir faire.

Cette colère qui ça m’a empêchée de fonctionner pendant une semaine entière : trop de frustrations (je m’en voulais de ne pas tenter d’action correctrice, de ne pas m’investir pour rétablir un semblant de démocratie), trop d’injustices (oui, je suis une très sensible des papillons et des humains, c’est pas pour rien que je bosse dans l’économie sociale et solidaire).

J’aimerais parfois avoir les compétences pour faire l’autruche. Mais je ne les ai pas : ces informations, ces faits et ces décisions graves me prennent à la gorge : j’essaie d’être le moins possible au courant, sinon je serais anéantie.

Comment faites-vous, citoyens, pour ne pas être révoltés face à ces informations violentes, face à ces décisions arbitraires, qui ne représentent pas l’opinion publique ? Comment faites vous pour vivre avec ces injustices ?

 

Je suis convaincue que la solution est de montrer l’exemple, à son échelle. Avant de créer une assemblée citoyenne pour devenir nos propres députés, devenons nos propres responsables. Cessons de suivre et interrogeons nous : quelle sont mes valeurs ? Comment je veux agir pendant ce passage sur terre ?

S’exprimer, et « voter » chaque jour lorsque nous consommons (ou ne consommons pas justement) cette société : choisir de ne pas manger de viande passée par un abattoir aux habitudes non respectueuses, se renseigner toujours, ne pas aider les agriculteurs qui utilisent des produits nocifs, se renseigner toujours, ne pas valoriser une économie qui s’appuie sur des opprimés (genre les orientaux qui confectionnent des vêtements), se renseigner toujours, et agir

<3 Ça c’est pour tous les citoyens, et comme les député.es c’est aussi des citoyen.nes, et comme les industriel.les c’est aussi des citoyen.nes… vous voyez le truc 🙂

 

__________________________________________________

Et puis pour finir, n’oubliez pas de rêver. Si on reste trop attaché.e à ces informations, on coule de malheur !

Du coup je vous ai fait une jolie goélette, pour vous éloigner des aventures incroyables de l’assemblée nationale, et de vos tracas du quotidien… Prenez de la distance et faites vivre haut vos couleurs et vos valeurs  !

Allez bisous et bon vent,

Merci

Anne

 

___________________________________________

Et puisque j’en parle plus haut, voici mes sources :

  • Le témoignage de François Ruffin : https://francoisruffin.fr/glyphosate/
  • Ceux qui ont voté contre la loi glyphosate : trombi-glyphosate.agirpourlenvironnement.org
  • Les infos sur tous nos députés : projetarcadie.com
  • La site de la recherche infinie : www.assemblee-nationale.fr
  • Les articles qui m’ont permis de comprendre, Ouest-france, Le monde, Liberation, Reporterre et les autres médias : lemonde.fr, liberation.fr, ouest-france.fr, reporterre.net, france24.com
  • eliasse.assemblee-nationale.fr
  • les sondages et les infos officielles de nos députés : www.nosdeputes.fr
  • wikipedia, toujours, pour bien comprendre
  • lafabriquedelaloi.fr
  • data.assemblee-nationale.fr

Dans la tête d’un couteau suisse !

Vous vouliez en savoir plus sur les couteaux suisses humains ? Je vous raconte tout en vidéo 🙂

 

Merci à l’équipe de TEDxENTPE pour leur confiance et pour cette journée d’amour !

L’occasion de vous repartager la petite BD que j’avais faite à ce sujet !! http://bit.ly/2BkrTuh